Dropleton


En Allemagne et aux États-Unis, les physiciens disent qu’ils ont découvert un nouveau type exotique des particules qu’ils appellent une gouttelette quantique, ou dropleton. Dans le domaine de la physique quantique, on pourrait appeler cela une goutte dans le seau. La gouttelette de quantum  dropleton est composée d’électrons à peu près cinq et cinq trous. Il possède certaines caractéristiques d’un liquide ayant des ondulations.
« Les effets qui donnent lieu à la formation de dropletons également influencent les électrons dans des dispositifs optoélectroniques tels que les diodes laser, » écrit le physicien Mackillo Kira de l’Université de Marburg, en Allemagne, un des chercheurs du domaine, dans un courriel.  « Par exemple, les dropletons devraient être extrêmement utile lors de la conception de lasers capables de coder l’information quantique ».
Aucune application n’est connue á ce jour mais selon divers chercheurs l’étude des dropletons devrait permettre d’améliorer leur connaissances du comportement des électrons, notamment dans les systèmes de télécommunications par fibre optique peut-on lire dans le Nº 806 d’avril 2014 de Science & Avenir.

Autre exemple connu de quasi-particules sont : les excitons, magnons et phonons.
Cyclopaedia.net nous apprend : Un exciton est, en physique, une quasi-particule que l’on peut voir comme une paire électron-trou liée par des forces de Coulomb. Une analogie souvent utilisée consiste à comparer l’électron et le trou respectivement à l’électron et au proton d’un atome d’hydrogène. Ce phénomène se produit dans les semi-conducteurs et les isolants. On distingue généralement deux sortes d’exciton : l’exciton de Mott-Wannier, dont le rayon (l’analogue du rayon de Bohr dans l’atome d’hydrogène) est nettement plus grand que le paramètre de maille du matériau cristallin dans lequel il se produit, et l’exciton de Frenkel, beaucoup plus petit, qui se produit quand la constante diélectrique du matériau est plus faible.
Wikipedia nous informe également que : Les magnons sont des modes d’excitation ou ondes de spin. Dans un milieu ferromagnétique isotrope en dessous de la température de Curie, ou dans un milieu antiferromagnétique en dessous de la température de Néel. Les magnons peuvent être mis en évidence par la diffusion inélastique des neutrons.
Pour compléter le thème des quasi-particules Wikipedia nous communique : En physique de la matière condensée1, un phonon (du grec ancien φονη / phonê, la voix) désigne un quantum d’énergie de vibration dans un solide cristallin: lorsqu’un mode de vibration du cristal de fréquence définie ν cède ou gagne de l’énergie, il ne peut le faire que par paquets d’énergie hν, h étant la constante de Planck. Ce paquet est considéré comme une quasi-particule, à savoir une particule fictive appelée phonon. Le cristal est alors réputé échanger des phonons lorsqu’il perd ou gagne de l’énergie. Le phonon est une notion de mécanique quantique faisant appel au concept de dualité onde-corpuscule : selon le contexte expérimental il peut se manifester soit comme une onde, soit comme un paquet élémentaire. L’étude des phonons prend une part importante dans la physique de la matière condensée jouant un rôle important dans un grand nombre de propriétés physiques des solides

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :