L’optofluidique


Selon le magazine  enerzine.com l’optofluidique, est une discipline scientifique récente qui combine l’optique avec la micro fluidique, s’intéressant au transport de quantités infinitésimales de liquides au moyen de tubes extrêmement fins.

Selon l’ISMO, Orsay et Laboratoire de Photonique et de Nanostructures : la miniaturisation et intégration optofluidique  est une nouvelle source électrochimiluminescente  autonome introduite au début des années 2000 qui envisage de nombreux dispositifs combinant à la fois l’optique et la micro fluidique. Depuis de nombreuses voies originales pour l’analyse biologique et le diagnostic médical ont été proposées par les chercheurs de l’ISMO. Parmi celles-ci, citons par exemple, les guides d’onde liquide-liquide, les lentilles liquides adaptatives, les lasers multicolores à microgouttes, ou encore les microscopes optofluidiques sans lentille.

Demetri Psaltis, autre chercheur et Doyen de la Faculté des sciences et techniques de l’ingénieur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) vient de franchir une étape importante dans ce type de recherches, il envisage d’utiliser l’optofluidique pour produire de l’énergie à grande échelle. Il vient de publier un article dans la revue Nature Photonics le 11 septembre 2011, présentant les différentes applications potentielles de cette technologie dans le domaine de la production énergétique.  Selon  lui, les systèmes énergétiques investigués se rangent dans deux catégories distinctes. La première regroupe ceux qui permettent de générer des carburants, en faisant appel à des réactions photochimiques, soit par l’utilisation de micro-organismes photosynthétiques comme les algues ou les bactéries. La seconde recense les procédés de collecte et de concentration des radiations solaires, utilisant la lumière du jour comme source d’énergie. Il propose ainsi d’utiliser un système d’optofluidique pour améliorer la performance de différents procédés énergétiques. L’article publié dans Nature Photonics décrit de nombreuses possibilités, comme par exemple le recours à des fibres optiques – composées de nanotubes fabriqués en masse – pour transporter la lumière du soleil vers de grands réacteurs à biocarburants que l’on pourrait installer à l’intérieur d’usines pour produire de l’énergie.

One response to this post.

  1. VERY INTERESTING! MUY INTERESANTE! Ojalá….; pero….

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :