Adelphique


Adelphique qualifie la polyandrie lorsque qu’une femme épouses deux frères. On qualifie aussi les mariages entre  frère et sœur comme adelphique.
 
Dans le règne animal, c’est lorsque la femelle s’accouple avec plusieurs mâles.
 
Dans la littérature dès les tout premiers récits de l’Occident (la Bible, le Coran et la mythologie gréco-romaine, Oedipe, Narcisse), la relation adelphique s’impose comme un motif important, contribuant à la construction des personnages et à la représentation des univers familiaux, sociaux et métaphysiques qui ont fascinés de nombreux auteurs.
 
Divers papyrus en Egypte attestent l’existence de mariages adelphiques célèbres pour des raisons eugéniques (préservation d’une lignée royale).
Au IVe siècle avant J.-C. le philosophe Platon proposait la création d’une cité idéale, fondée, pour l’élite dirigeante, sur un mode de vie communautaire qui ne laisse que très peu de liberté aux relations entre les hommes et les femmes suggérant les relations adelphiques.
 
Selon les sociétés et concepts psychologiques, la séduction fraternelle se situe entre la découverte de la différence des sexes et la relation incestueuse, entre les jeux sexuels infantiles et la découverte de la sexualité génitale. En ce sens, elle constitue à la fois un miroir, un révélateur et un enjeu dans la construction du sujet en devenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :