En cet été qui régénère


La femme y est bien plus.. Que la mère

Incitant les hardiesses de l’homme sur terre

Justifiant les jouissances les plus délétères 

Allégeant les soucis des modernes chimères 

Pour un temps délivré des plus tristes misères

 

C’est le temps ou devenu rêveur inconstant

L’homme aime caresser sans conscience  

Donnant libre cours à son plaisir et ses sens 

Faisant naître d’éphémères passions 

Invite sans plus de justifications

 

Un beau temps  d’insouciance 

Espoir de vacances 

Avec la liberté des  sens 

Et envie de nouvelle naissance 

Appel à de belles circonstances

 

C’est aussi temps de dégradations

Des plages des nations  

Qui par des millions 

Seront souillées sans raisons

Au plus fort de la saison

 

C’est encore, ce temps de vendanges 

Récolte des moissons abondantes 

Récompenses d’efforts haletants

Annonçant des demains succulents 

Assouvissant les faims ardentes 

 

Et surtout ce sera la trêve 

Complice de tous les rêves

Revitalisant les énergies et les sèves

Pour qu’agréablement s’achève

Une saison toujours trop brève

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :